Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture anti raciste :: la poule noire avait des dents

Télégramme du 15/09/06

Le Tribunal s'amuse
Citation:


De Yaoundé à Plouescat. Le mariage vire au cauchemar

Le tribunal de Morlaix a jugé, hier, une affaire plutôt étonnante de violences conjugales. Un Plouescatais de 53 ans était poursuivi pour avoir frappé sa femme... à Yaoundé. Quelques jours après l’union entre le Breton et la Camerounaise, le mariage a en fait viré au cauchemar.

Les magistrats morlaisiens n’ont pas vraiment l’habitude de juger des faits s’étant déroulés au Cameroun. C’est pourtant ce qui s’est passé, hier, au cours d’une affaire loin d’être banale. Un homme de 53 ans, résidant à Plouescat, a comparu pour des violences commises en mars 2006 à Yaoundé et en avril 2006 à Plouescat. A la barre, l’homme était plutôt embarrassé. Gêné de devoir expliquer les circonstances des faits qui lui étaient reprochés. « Pourquoi êtes-vous allé à Yaoundé ? », a questionné d’emblée le tribunal. Après un long silence, le prévenu a finalement répondu : « Pour voir comment c’était le Cameroun ».
« Je suis tombé dans un piège »
La présidente s’est alors chargée de préciser qu’il s’agissait plutôt pour lui de rencontrer et d’épouser une Camerounaise cherchant un mari français. Mais une fois sur place, à Yaoundé, l’homme avait rapidement déchanté. « Quand je suis arrivé, les bans étaient déjà publiés. Je suis tombé dans un piège », a-t-il expliqué au tribunal. Le 3 mars 2006, il a malgré tout épousé cette femme et l’a bien vite regretté. « Dès qu’elle a eu la bague au doigt, j’ai plus eu mon mot à dire », s’est-il plaint au tribunal. Reste que sa femme l’accuse de l’avoir frappé à plusieurs reprises et dès le 14 mars alors qu’ils étaient toujours à Yaoundé.

« C’est faux ! C’est elle qui a commencé la bagarre en me tapant dessus quatre fois. Elle est plus costaud que moi. Une fois, elle m’a mis par terre et a écrasé mes lunettes ».
« Ma femme est une tigresse ! »
Face au tribunal qui mettait en avant les certificats médicaux présentés par son épouse, le mari a poursuivi. « Elle est venue en France que pour l’argent et les papiers. Ce qu’elle raconte, c’est que du mensonge ! » « Mais vous lui avez quand même donné un coup de poing », a insisté le tribunal. « Non. Un coup de coude... involontaire ! », a-t-il répondu avant de décrire son épouse comme étant « une agressive, une menteuse, une violente... une tigresse ! » Des propos qui n’ont pas ému le moins du monde son épouse assise tout près. Pas plus que la substitut du Procureur, Elise Tréguer, qui a parlé d’une union « à la limite du mariage blanc » et requis trois mois de prison avec sursis contre le mari. Se déclarant finalement incompétent pour juger les faits s’étant déroulés à Yaoundé (car la victime n’est pas de nationalité française), le tribunal a condamné le Plouescatais à trois mois de prison avec sursis. Il devra également verser 1.500 € à sa femme. Depuis les faits, les époux ont entamé une procédure de divorce.

Dominique Morvan

Fin de citation


Posté le 15/09/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton