Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture médiatique :: Ouest France . L'histoire qu'on ne raconte pas (5)
Citation de Lectures Françaises ( n° 92 novembre 1964)


OUEST FRANCE

On aura certainement remarqué, dans les listes que nous avons publiées le mois dernier, quelques noms connus,en particulier dans la politique: MM. Georges Bidault, A. Colin, F. Gay, A. Blanchouin, Maurice Schumann, P.H. Teitgen ont occupé des situations enviées sous la IV° République.
Le dernier de ces personnages mérite une mention particulière: il était ministre de l’Information au moment où il devenait un des associés de la Société des Editions d’Ouest France. Bien qu’il ait cru devoir poursuivre l’ancien Premier Président de la Cour d’Appel de Rennes qui l’avait sérieusement malmené dans une brochure parue il y a quatres ans (6), M. Pierre Henri Teitgen demeure pour beaucoup l’homme pour le moins surprenant dont M. de Moustier fit un portrait peu flatteur à la tribune du Palais-Bourbon le 13 mars 1946.
C’était au cours d’un débat sur la liberté de la presse. Le parlementaire du Doubs venait de déclarer que M. Teitgen “ alors ministre de l’Information, a pris lui même des intérêts en compagnie de ses amis, dans Ouest France qui remplace L’ Ouest Eclair “. “ Il se trouve ainsi bénéficiaire, avait ajouté l’interpellateur, des textes dont il est l’auteur et qu’il fait appliquer avec rigueur par ses magistrats à son profit “
L’accusation était grave. Naturellement, M. P.H. Teitgen bondit sous l’outrage et s’empressa d’expliquer comment il avait été amené à devenir actionnaire du journal succédant à celui que le gouvernement avait interdit.
Il raconta qu’à son retour à Paris, le 3 septembre 1944, il s’était rendu au siège du M.R.P. :
“ On m’a fêté, dit-il. Un de mes amis m’a dit <>. Jelui ai répondu: << Mon pauvre ami, j’en serais très heureux, mais je n’ai pas d’argent >> C’était la vérité. Et alors l’un de mes amis qui était présent m’a fait l’avance des deux mille francs nécessairesà la souscription de deux actions du journal Ouest France.
Je suis ainsi devenu propriétaire de deux actions de ce journal, valant chacune 1000 frs. Ce sont d’ailleurs les seules que je possède ( applaudissements).
A ce moment, je n’étais pas ministre.Le jour où je suis devenu ministre de l’Information je n’ai pas revendu ces deux actions (sourires) . “
Il se peut que la prise de contact ait eu lieu de cette manière : soucieux de s’attirer les bonnes grâces de M. Teitgen, nous voyons très bien les initiateurs de l’opération demander à cet homme influent de participerà la création d’une entrprise qui, au dire même de M. Hutin Desgrées, “ n’était pas sans risques et sans tiraillements “ (ne serait-ce que du coté des spoliés de L’Ouest Eclair) .
Mais où nous ne sommes plus d’accord avec M. Teitgen c’est lorsqu’il laisse entendre qu!il n’était pas encore ministre de l’Information lorsqu’il devint actionnaire ou plus exactement associé car ils’agissait de parts et non d’actions (7) d’Ouest France.
---------------------------------------
(6) E. Kérambrun: “Les profiteurs de la Libération”- Rennes 1960. Rappelons que feu Kérambrun, médaille du combattant volontaire de la Résistance, était le président d’honneur des Otages et Internés bretons.
(7) Pour un juriste,Garde des Sceaux de surcroît au moment où ces paroles furent prononcées, ce n’est pas mal !...

---------------------------------------




En effet, la Société des Editions d’Ouest France fut constituée, ainsi que le prouve le document reproduit ci contre (revêtu de la signature des associés et du mandataire de M. Teitgen, retenu à Paris par les devoirs de sa charge) les 29 et 30 septembre 1944, c’est à dire une bonne vingtaine de jours après que le Général de Gaulle eût appelé ce futur associé d’ Ouest France auprès de lui en qualité de ministre de l’Information. Dès lors, on peut comprendre, sinon les approuver, ceux qui, comme le président Kérambrun, ont cru subodorer quelque trop subtile cuisine. D’autant plus que, si on estime aujourd’hui Ouest France,
( premier quotidien régional français, avec ses 600.000 exemplaires et ses 42 éditions couvrant 12 départements de l’ouest, du Finistère à la Sarthe et de la Vendée au Calvados) à la somme énorme de 10 milliards d’A.F. , les 4 parts actuelles de l’ancien ministre de l’Information acquises pour 2000 AF en 1944 et dont la valeur nominale est de 150.000 AF, valent aujourd’hui près de 45 millions d’AF chacune, soit pour les 4 parts Teitgen 180 millions d’AF ou 1.800.000 F actuels. Un fort joli magot, ne pensez vous pas ? (8)

----------------------------------
(8) Le capital de la société est divisé en 224 parts. Chacune d’elle représente donc 1/ 224° de la valeur totale.

Fin de citation

Article paru en novembre 1964 dans Lectures Françaises n°92 (BP1 86190 Chiré en Montreuil )




à suivre....


Posté le 19/09/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton