Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture associative :: Les ONG

Rainbow Warrior et compagnie



A l’occasion d’un coup bas porté au cours de la lutte franco-française pour le pouvoir l’affaire du Rainbow Warrior (1985) à surgi de l’oubli le 29 septembre 2006.
Curieusement colportée par un membre de la famille Royal , Antoine frère de Ségolène, est en effet apparue dans les colonnes du quotidien Le Parisien l’information selon laquelle le colonel en retraite Gérard Royal aurait été le poseur de bombe dans cette opération, réussie pour ce qui est de la mission confiée au service concerné, mais altérée par les dégâts collatéraux induits: arrestation en Nouvelle Zélande de 2 agents français appartenant à la DGSE, mort d’un homme d’origine portugaise, Fernando Pereira, présenté comme journaliste pacifiste passager du Rainbow Warrior et en réalité agent double marxiste. Green Peace et Amnesty International ont toujours été des vecteurs commodes et d’intéressantes couvertures largement utilisés par les services de renseignements pour mettre en place leurs agents. Le bloc de l’est ne s’est jamais privé de l’aubaine que représentait ces organisations qui par essence travaillaient en outre à la déstabilisation des pays occidentaux.

Le scandale généré par l’opération a été à la mesure de l’évènement. Déclarations et effets de manche se sont succédés avec l’habituel cortège de contradictions et de mensonges qui entoure les péripéties de la guerre de l’ombre. Le mystère s’est épaissi lorsqu’on a appris après la chute de l’URSS que le ministre socialiste de la Défense d’alors, Charles Hernu, entretenait d’étranges relations avec les services de renseignement soviétiques et que la mort de l’agent double n’était peut être pas due aux explosions des mines posées par les Français.
L’absence d’informations fiables et les nécessités de la diplomatie font que le brouillard persiste sur le sujet notamment et surtout en ce qui concerne la conception de l’opération : il eut suffi en effet d’arraisonner manu militari le navire puis de mettre ses occupants aux fers ou tout simplement si l’humeur était guerrière de le torpiller. La bande de clampins qui occupait le bateau avait donné suffisamment de bâtons pour se faire battre pour ne mériter aucun ménagement autre que l’autorisation de mettre les chaloupes à la mer.

Cette histoire de Pieds Nickelés souligne la perversité des Organisations dites Non Gouvernementales (ONG) dont les gesticulations tendent à compromettre l’esprit des nations. Elles s’agitent par essence contre les nationalismes, qui plus est sans droit, avec l’argent des nations elles mêmes, dans le plus pur esprit mondialiste, altermondialiste, internationaliste ou parfois même universaliste mal compris. Les arlequins qui en font partie sont en général des laissés pour compte en mal de reconnaissance recherchant dans les ONG une valorisation dont ils ont besoin pour essayer d’exister. Ces organisations se permettent d’enfreindre règles et lois nationales. Il est vrai qu’on ne respecte que ce qui est respectable...
Mouches du coche modernes elles donnent également bonne conscience aux malheureux qu’ elles plument tout en apportant une caution morale - en apparence - aux hommes politiques qui acceptent généreusement de leur donner l’argent des autres.

Toute la farandole des sans frontières qu’ils soient médecins, reporters, du commerce équitable, des collectifs d’amitiés de toute nature et autres brasseurs de vent représente un double gaspillage d’énergie: celle qu’elle même génère et celle qu’il faut dépenser pour réparer les sottises engendrées car ces poseurs de rustines ne brillent ni par la coordination ni par la cohérence mais par la nécessaire absence de projection prévisionnelle des effets de leurs actes . Sauf toutefois lorsque ces organisations jouent un rôle positif à caractère syndical dans la défense de leurs ressortissants malmenés ça et là dans le monde (reporters sans frontières par exemple). Curieuse propension qu’ont les bobos, bienfaiteurs autoproclamés, de vouloir se substituer aux nations avec l’argent de ces dernières et des gogos lobotomisés par les médias!
Doit-on pour autant leur en faire reproche? non car on ne peut humainement regretter les soulagements à la misère apportés par certaines associations caritatives fussent-ils ponctuels mais aux États certainement: c’est à eux qu’il appartient de décider dans le cadre d’une politique globale, de mettre en place le cas échéant les moyens nécessaires puis d’assurer la conduite et l’exécution des opérations.
Que des dégénérés, dans le sens premier du terme: qui ont perdu les qualités primitive de leur race, aillent volontairement dépenser leurs énergies en dehors de leurs communautés naturelles (famille, nation, civilisation) sans que ces dernières leur en ait confié la mission peut se concevoir. Mais leur fuite devrait leur valoir d’être mis sur le plan matériel au ban de la société qu’ils ont abandonnée et a fortiori si leur organisation d’adoption s’en prend à cette société d’origine ce qui est fréquemment le cas.




















Posté le 04/10/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton