Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture médiatique :: Ouest France, l'histoire qu'on ne raconte pas (6)
Article paru dans Lectures Françaises n° 92 Novembre 1964


L’ART ET LA MANIÈRE D’AVALER UN ARTICLE

Mais revenons, si vous le voulez bien, à la société propriétaire d’ Ouest France.
Pour ne point paraître trop intéressés, les associés, - dont plusieurs étaient sincères, n’en doutons pas - avaient inclus ces lignes dans les statuts, à l’article 30:

“ Sur les bénéfices ainsi établis, il sera prélevé un premier dividende représentant un intérêt de 6%, mais sans rappel d’un exercice sur l’autre en cas d’insuffisance debénéfices pour assurer ce paiement.
“ Les deux tiers du surplus seront mis à la disposition dela gérance pour être distribués après accord avec le conseil de surveillance, aux oeuvres sociales de la société ou de la région.
“ Le solde, après prélèvement de toutes les sommes que l’assemblée générale, sur la proposition de la gérance, juge utile d’affecter à toutes provisions,fonds de réserve, amortissement du capital social et à tous reports à nouveau, revient aux parts.

Pour des raisons que nous ne connaissons pas, le 15 décembre 1956, MM. Paul Hutin-Desgrées et François Desgrées du Lou fondaient une nouvelle S.A.R.L., dite société Société de gestion d’ Ouest France et d’Entreprises de Presse, au capital de 1.120.000 frs dont tous les associés de la 1re société firent automatiquement partie (sauf M. Geoges Bidault).
C’est cette seconde entreprise qui exploite et qui gère Ouest France dont la première demeure propriétaire. Or si les statuts de la Société de gestion sont presque identiques à ceux de la Société propriétaire, l’article 30 ne comporte pas l’alinéa reproduit en gras:”les 2/3 réservés aux oeuvres sociales” sont tout bonnement compris dans les bénéficesà distribuer aux associés. C’est à croire que l’appétit vient en mangeant.
Et pourtant nous l’avons vu, les parts de 1.000 AF ont depuis, 1957, une valeur nominale de150.000 AF (et une valeur vénale de 45 millions) (9). L’augmentation du capital de 1957 ayant été faite sans apport d’argent par les associés, mais seulement par l’incorporation de33.488.000 AF pris sur les réserves (10), si on ajoute à cela les coquets dividendes versés depuis dix neuf ans aux associés, on ne peut que féliciter ces derniers de posséder une affaire aussi florissante.

________________________

(9) Dans son Histoire de la spoliation de la Presse Française, si documentée, M. Hisard précise que Francisque Gay vendit il y a une douzaine d’années,les deux parts qu’il possedait 375.000 F l’une. La part valait déjà 375 fois son prix de 1944 !

(10) Une nouvelle augmentation du capital eut lieu en janvier 1963: le capital social de la Société des Editions d’Ouest France est fixé à 392.000 NF.


Posté le 10/10/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton