Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture sociale :: Le tort de Brendan serait-il d'être breton?
vendredi 21 avril 2006 Ouest France Quimper





.
Âgé de 6 ans, atteint d'une maladie osseuse, il attend depuis quatre
mois sa poussette médicalisée. La loi sur le handicap n'a pas prévu de
financement.



QUIMPER. - Brendan, 6 ans, ne tient pas en place. «Je ne suis pas
sortie aujourd'hui, regrette sa mère, Armelle Guéguen. La poussette
médicalisée lui permettrait de prendre un peu l'air.» Le garçon, qui
vit à Quimper avec sa mère et ses deux soeurs, est atteint d'une
maladie osseuse orpheline, ainsi que d'un retard mental. «Sa
pathologie ne porte pas de nom, ajoute la maman. Depuis quelques mois,
son état s'est aggravé. Ses jambes peuvent difficilement le porter. Les
médecins de l'hôpital Necker, à Paris, lui ont prescrit une poussette
médicalisée. Mais, en rentrant à Quimper, ça a été la douche froide. On
me demande de payer 1728?. Ce n'est même pas ce que j'ai pour vivre
par mois avec mes trois enfants!»



L'équipement coûte au total 2786. Sur cette somme, la Sécurité
sociale rembourse 1058?. «Je suis allée à la Maison départementale
des handicapés. J'ai fait un dossier en janvier. Pas de réponse. Quand
j'ai rappelé, en mars, on m'a simplement dit qu'il n'y avait pas de
financement.»



Décrets pas publiés



La loi du 11février 2005 sur le handicap prévoit une nouvelle
prestation de compensation du handicap, faite pour adapter précisément
le financement aux besoins matériels de la personne... mais les enfants
de moins de 20ans ne peuvent pas encore y prétendre. Pas avant 2008.



«Auparavant, on pouvait solliciter des aides extralégales (mutuelles,
départements, caisses d'assurance maladie...) afin d'aider à financer
la part non remboursée d'un fauteuil roulant», confirme Thierry Duval,
directeur de la délégation quimpéroise de l'Association des paralysés
de France (APF). «Aujourd'hui, il n'y a plus aucun recours.»



En effet, la nouvelle loi a prévu la mise en place d'un fonds
départemental de compensation pour rassembler toutes ces aides
éparpillées. Mais les décrets n'ont pas encore été publiés.



«Il n'y aura pas de décret, nous l'avons appris hier, dit Anne-Marie
Stéphan, directrice de la maison des personnes handicapées du
Finistère. Nous allons essayer d'accélérer les choses pour mettre ce
fonds en place le plus rapidement possible.» Quand? C'est encore le
flou. En attendant cette mise en place prochaine, mais fort imprécise,
les financeurs traditionnels des aides extralégales rechignent à ouvrir
les cordons de leur bourse.



«Pour des montants très importants, il y a l'allocation d'éducation de
l'enfant handicapé, précise Thierry Duval. Mais, lorsqu'il faut réparer
un fauteuil défectueux ou acheter une poussette médicalisée, il n'y a
pas de solution.»



À Quimper, l'APF suit le cas de Brendan et d'un autre enfant de 14ans
qui ne peut pas parler. Sa synthèse vocale, un appareil à touches qui
lui permet de communiquer, est tombée en panne. Coût à la charge de la
famille: 751?. «Partout en France, l'APF est confrontée à des
situations de ce type, déplore Thierry Duval. Des actions sont prévues
afin d'interpeller les parlementaires sur cette question.»



Depuis quatre mois, Brendan se passe de promenades. «Mon enfant a
pourtant le droit de vivre dignement, colère Armelle Guéguen qui ajoute
presque en s'excusant. Je n'arrive plus à le porter longtemps. Dix-sept
kilos à bout de bras, c'est trop lourd.»



Lucile VANWEYDEVELDT.



En attendant cette mise en place prochaine, mais
fort imprécise, les financeurs traditionnels des aides extralégales
rechignent à ouvrir les cordons de leur bourse.


Fin de citation

Il s'agit d'un fauteuil roulant médicalisé pour un handicapé de
.....6 ans que les services sociaux du Finistère refusent à l'enfant
faute d'un texte permettant d'engager la dépense . Tout permet de
supposer que s' il se fût agi d'un Caffre, d'un Bantou, d'un
Sénégambien ou d'un Zoulou entré en France illégalement c'est à dire en
commettant un délit punissable d'une peine correctionnelle il eut reçu
sans délai 2000 euros pour retouner à la case départ et en famille
plusieurs milliers d'euros supplémentaires . Resterait-il quelques
épluchures pour l'enfant breton ?


Posté le 21/04/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton