Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture démocratique :: Bretagne - colonie
From Le Télégramme du 13 / 11 / 06
Bretagne

Irlandais de Guingamp. Un procès peau de chagrin
Le tribunal correctionnel de Paris juge, aujourd’hui et jusqu’à mercredi, l’affaire dite des « Irlandais de Guingamp ». En novembre 2003, quatre Guingampais suspectés d’aider deux membres présumés de l’organisation terroriste IRA-Véritable, avaient été interpellés sans ménagement par la DNAT (*). L’instruction s’est, depuis, étiolée. Un seul prévenu va finalement comparaître, soupçonné d’avoir brièvement servi de chauffeur aux activistes irlandais.
Le 4 novembre 2003, le Pays de Guingamp s’était réveillé en sursaut. Agissant dans le cadre d’une instruction du juge antiterroriste Gilbert Thiel, des hommes de la DNAT avaient surgi au domicile de quatre Costarmoricains sans histoires. La nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre, générant stupeur puis indignation. Des manifestations de soutien se succédèrent, appelant à la libération de Jean-Pierre Ellien, 63 ans, président du festival de la Saint Loup, Armelle Personnic, conseillère municipale de Pabu, Bernard Le Gac, 57 ans, et Pierre-Yves Perennes, 23 ans. Tous étaient membres de comités de jumelage franco-irlandais ou impliqués dans des associations culturelles bretonnes.
Quatre jours dans les Côtes-d’Armor
C’est le passage en Bretagne, durant l’été 2003, de Kieron Doran et Gary Roche, membres présumés de l’IRA-Véritable (lire ci-contre), qui a, en fait, conduit à cette opération policière trois mois plus tard. Les deux Irlandais étaient « filés » depuis des lustres. Le 12 août 2003, les services d’enquête avaient ainsi découvert, dans le bois communal de Tourville-Sur-Arques, près de Dieppe, une cache aménagée par leurs soins, susceptible de servir ultérieurement. Ce jour-là, Kieron Doran et Gary Roche avaient ensuite quitté la Seine-Maritime, au volant d’une BMW, et pris la direction des Côtes-d’Armor. Jusqu’au 16 août, ils avaient séjourné aux alentours de Guingamp, passant notamment à Plouisy, Plouagat, Pabu. Le 16 août, ils avaient circulé aux abords de la forêt de Coat-An-Noz avant de filer, le lendemain, vers Cherbourg, où ils avaient embarqué vers Dublin, à bord d’un ferry.
Trois pistolets découverts près de Dieppe
Cette escapade dans le Pays de Guingamp avait beaucoup intrigué les enquêteurs. Et puis, le 4 novembre 2003, deux pistolets mitrailleurs, 134 cartouches, deux chargeurs vides, deux silencieux et un pistolet automatique ont été découverts dans la cache du bois, près de Dieppe. Tandis qu’à Dublin, la police irlandaise interpellait Kieron Doran et Gary Roche (qui furent inculpés « d’appartenance à une organisation illégale »), la DNAT ratissait large en Pays de Guingamp. Armelle Personnic fut mise hors de cause dès le 5 novembre. Jean-Pierre Ellien et Pierre-Yves Pérennes obtinrent un non-lieu en février 2006.
Prospection en pays guingampais ?
Reste Bernard Le Gac. A force de séjours sur la Verte Erin, il avait lié connaissance avec un Irlandais, Francky Mac Geown, suspecté d’être un activiste par la police. A sa demande, Bernard Le Gac aurait accepté de jouer les guides lorsque Kieron Doran et Gary Roche ont fait un crochet par Guingamp, en août 2003. Le 15 août, il les aurait conduits vers un camping désaffecté de Belle-Isle-en-Terre, où les deux Irlandais se seraient éclipsés pendant 10 minutes. A leur retour, il aurait pris la direction de Trégrom, où, à proximité d’une chapelle, le duo serait à nouveau descendu sans explication pendant une dizaine de minutes. Les Irlandais prospectaient-ils des lieux susceptibles d’abriter des armes ? Et Bernard Le Gac pouvait-il le savoir ? Il est jugé, à partir d’aujourd’hui, pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ». * Division nationale antiterroriste.

Thierry Charpentier

 
L’IRA-Véritable, organisation très active
C’est à partir d’un rapport de la DST (Direction de surveillance du territoire) que la Division nationale antiterroriste a commencé à « filer » les deux Irlandais Kieron Doran et Gary Roche. Ils sont soupçonnés d’appartenir à l’une des factions de l’IRA-Véritable, dirigée par Mickaël Mc Kevitt (condamné en août 2003 à 20 ans de réclusion), qui tentait de lier contact avec d’autres groupes terroristes européens, notamment les Basques, pour monter des filières d’approvisionnement d’armes en Irlande. L’IRA-Véritable, depuis sa création en 1997, est à l’origine de plusieurs attentats, dont celui d’Omagh, le 15 août 1998, qui fit 20 morts et 220 blessés, mais aussi de l’attaque du MI 6 (les services secrets britanniques) en 1999 ou encore de l’attentat contre les locaux de la BBC en 2001.


Posté le 13/11/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton