Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture démocratique :: Sciences PO, Ecole de la Ripouxblique ou le bal des salauds?
Alain Soral se fait expulser de Sciences Po !


03-12-2006
Pourtant, l'écrivain était bien convié à cette 59ème Journée Dédicaces : voir l'invitation.


Mais la veille de l'évènement, il fut contacté par mail pour lui signifier l'annulation de sa visite au motif que :

De : Richard DESCOINGS < richard.descoings@sciences-po.fr>
Date : 1 décembre 2006 15:22:56 HNEC
À : asoral@wanadoo.fr

Monsieur,


Je vous confirme les termes de votre conversation téléphonique de ce matin avec Mme Nadia Marik, directrice adjointe de Sciences Po.


Pour des raisons de sécurité que vous ne pouvez ignorer et qui font peser une menace sur vous et sur l'ensemble des participants à la Journée Dédicaces de Sciences Po, nous ne sommes pas en mesure de vous accueillir demain dans nos locaux.


J'espère que vous comprendrez cette décision.

Richard Descoings


Mais qui est ce Monsieur Descoings ?

Peut-être l’expulsion - arbitraire et contraire à tous les principes - d’Alain Soral par le directeur de Sciences Po, monsieur Descoings, pourrait-elle trouver des éléments de réponse dans sa biographie ?


DESCOINGS Richard. Conseiller d'Etat, né le 23 juin 1958 à Paris XIVe. Par sa mère, il est issu d'une famille d'horlogers et de boulangers suisses.
 
Passé par Montaigne, Louis-le-Grand, Henri IV et Sciences-Po Paris (1977-1980), ce fils de médecins a été collé à deux reprises à l'Ena, avant de réussir à sa dernière tentative. Sorti dixième de la promotion Léonard de Vinci (1985), il entre comme auditeur au Conseil d'Etat, avant d'être promu maître des requêtes en 1988, et conseiller en 2000. Chargé de mission auprès du directeur de l'Institut d'études politiques de Paris pour la section Service public (1988), grâce à l'intervention de Guillaume Pépy qui le mit en contact avec Alain Lancelot, puis rapporteur général de la Commission d'accès aux documents administratifs et directeur adjoint de l'IEP de Paris de 1989 à 1991, celui qui a pris pour modèle l'ancien patron de la CFDT Edmond Maire est à partir de cette date conseiller technique au cabinet de Michel Charasse puis chargé de mission auprès des ministres socialistes Jack Lang et Jean Glavany (1992-1993). « Calculateur et ambitieux (Le Nouvel économiste, 7 novembre 2003) », il réintègre le Conseil d'Etat au retour de la droite. Commissaire du gouvernement près l'assemblée du contentieux du Conseil d'Etat en 1995, il succède à Alain Lancelot comme président de l'Institut d'études politiques de Paris en mai 1996.

Cet affilié au Siècle est administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques depuis 1996. Favorable à l'élargissement international de Sciences-Po, il a aussi proposé, puis imposé, l'ouverture de l'école aux bacheliers de zone d'éducation prioritaire (ZEP) sur entretien et non plus sur concours, c'est-à-dire la mise en ouvre de la « discrimination positive » (qui revient à défavoriser les candidats classiques), la modulation des droits de scolarité sur les revenus des parents, la création d'une filière journalistique, etc. Il entend faire de l'Institut d'études politiques un « Harvard européen ». La cour des comptes, en novembre 2003, s'inquiétait de l'envol des dépenses et de « la précarité de la situation financière (qui) devrait inciter à éviter un optimisme comptable excessif ». Il est « pour les uns, un visionnaire, pour les autres, un mégalomane (Le Monde, 22 septembre 2004) ». Ce proche de Guillaume Pépy, énarque, directeur général exécutif de la SNCF, s'est marié, à la surprise générale, avec « son égérie » (Le Nouvel économiste), Nadia Marik (à qui il fit passer le grand oral de l'Ena), énarque, premier conseiller de tribunal administratif, directrice adjointe de l'Institut d'études politiques (en charge des relations avec les entreprises), ex-secrétaire nationale de l'UMP à l'enseignement supérieur, le 27 mai 2004 (Pépy était son témoin de mariage).

Il milite de longue date dans diverses associations, comme AIDES (anti-sida) : « Le week-end, il distribue des préservatifs dans les bars et les boites de nuit, la semaine, il reprend son costume gris [.]

Provocateur, il s'amuse à repousser les limites. Enfermé le jour dans les codes parisiens, il se montre dans l'univers de la nuit. Avide de liberté, il assume sa vie privée (Le Nouvel économiste, 7 novembre 2003). » Il a eu le privilège, en raison du renom international de l'école, que la secrétaire d'Etat américaine Condoleeza Rice y consacre son seul discours de sa tournée européenne en février 2005. Il a signé, en 2004, un accord de coopération avec l'université de Tel-Aviv et n'a cessé de renforcer le partenariat avec Israël.


Posté le 05/12/2006 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton