Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture anti raciste :: MRAP

Réseau Jord Le 10 janvier 2007
Fiche

relative au Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP)

Il faut remonter à 1939 pour cerner les circonstances dans lesquelles a été créé le MRAP près de dix ans après.
Le Parti Communiste français vient de récupérer ses éléments engagés dans les Brigades Internationales mises en déroute par les nationalistes espagnols et leurs alliés. Ils constituent maintenant l’armature militaire du Parti dont ils étoffent l’Organisation Spéciale (OS).
Survient alors l’évènement majeur du moment: le traité germano soviétique qui laisse les mains libres aux Allemands assurés de ne pas avoir à traiter deux fronts simultanément. Pour le moins dans l’immédiat car Russes et Allemands savent fort bien qu’une telle situation ne durera pas. Mais les deux puissances ont pour de multiples et différentes raisons besoin de ce répit.
La Guerre éclate, la Pologne est rapidement dépecée par les germano-soviétiques qui se partagent le territoire conquis. Tandis que la Wehrmacht s’occupe sur le Front de l’Ouest des franco-britanniques avec le succès que l’on sait l’Armée Rouge massacre par dizaines de milliers les élites polonaises, forfait que les communistes attribueront sans vergogne aux troupes allemandes. Les Alliés ne dénonceront pas l’affaire pour ménager les Russes bien que la Croix Rouge Internationale dont l’intervention avait été requise par le Gouvernement allemand soit venue sur place constater la réalité de la culpabilité des soviétiques déjà experts confirmés en massacres et en charniers de tous genres.
En France le Parti communiste est interdit pour collusion avec l’Ennemi et entre en clandestinité. Une partie des députés communistes conteste le traité germano soviétique mais le parti maintient sa ligne et collabore avec la Wehrmacht (démoralisation des armées - renseignements à l’ennemi - incitations à la désobéissance - fraternisation avec les troupes d’occupation - désordres aux arrières - sabotages multiples dans les usines travaillant pour la Défense Nationale dont certains vaudront à leurs auteurs d’être condamnés à mort sous la III° République et exécutés)
Puis les Allemands ayant attaqué la Russie le 22 juin 1941, soit au bout de 22 mois de guerre sur les 68 que cette dernière a duré, le mot d’ordre change : “à chacun son boche” pour défendre la patrie des travailleurs (la Russie) et libérer son pays (France pour le PCF).
2
Le PC clandestin met alors progressivement en place le dispositif qui est apparu depuis 1917 dans les territoires contrôlés par les soviétiques et dont on retrouvera ultérieurement le schéma dans toutes les guerres coloniales générées par les partis communistes.
- un quartier général clandestin
- une organisation civile: le Front National dont les cellules tendront à se
répandre sur tout le territoire
- une organisation militaire issue de l’Organisation Spéciale (OS): les Francs
Tireurs et Partisans (FTP) ou ultérieurement les FTPF
- une liaison directe auprès de l’URSS: Maurice Thorez en personne
- une liaison permanente spécifique et conjoncturelle auprès de l’Etat Major du
Général de Gaulle à Londres
- des tribunaux révolutionnaires embryonnaires puis progressivement fondus
dans les Comités d’épuration au départ des troupes allemandes
- divers services à vocation de renseignement imbriqués ou non dans les autres
organismes

La stratégie générale consistait à

- prendre le contrôle de zones favorables qualifiées de zones à libérer (en priorité) en prenant
à partie l’ennemi du moment et en terrorisant la population pour asseoir l’autorité du parti
- éliminer physiquement les autorités morales susceptibles de gêner l’instauration d’une
démocratie populaire le moment venu (libération)
- procéder à des attentats contre les forces allemandes en vue d’induire des répressions
sanglantes et, partant, révoltantes pour accélérer la création de maquis
- coopérer avec de Gaulle tout en préservant l’autonomie des FTP
- prendre le pouvoir par les armes lors de l’insurrection générale
- à la Libération procéder à un maximum de coups de main contre les détachements ennemis
isolés pour recueillir un maximum de “gloire” en vue de faire oublier la “collaboration” de
1939-1941.
- faire en sorte qu’un maximum de ville soient libérées par les FTP et que la répression
commence sans délai

Avec plus ou moins de bonheur tout fut appliqué en France. Seule la libération de Paris échappa au contrôle du PCF, de Gaulle ayant réussi à convaincre le commandement américain de lancer la 2° DB de Leclerc sur la capitale française avant que les communistes n’y provoquent un bain de sang. Une démonstration blindée américaine effectuée dans Paris calma par la suite les ardeurs belliqueuses des forces du “ Grand Soir et des lendemains qui chantent”
C’est alors qu’interviennent des événements qui vont modifier nombre de plans initiaux. En effet la Russie soviétique adapte sa stratégie politique aux nécessités du moment ainsi qu’aux nouvelles données internationales introduites par la seconde guerre mondiale. Tous les partis communistes s’alignent à un ou deux près.
En ce qui concerne la France Maurice Thorez reçoit ses instructions de la part de Staline
1°) Le 19 novembre 1944 (Réf Archives présidentielles de la Fédération de Russie F 45/0/1/D/390/ff. 85.93.) en présence de Molotov et de Béria.
3
Staline demande en substance à Thorez de rompre l’isolement du PCF en recherchant des alliances pour former une sorte de bloc de gauche avec les socialistes et en soutenant la création et le fonctionnement de “courroies de transmission” (syndicats-unions de femmes-organisations de jeunesse-organisations paysannes ...) . Il proscrit toute tentative armée de prise de pouvoir.
2°) Le 18 novembre 1947 (Réf Archives présidentielles de la Fédération de Russie, 45/1/392/83-106) en présence de Molotov, Souslov et Erofeev (traducteur). Le PCF va pouvoir derrière un légalisme de façade apporter sa contribution au mouvement communiste international dans le cadre de la guerre froide notamment en ce qui concerne la France en multipliant les officines “utiles” et non estampillées du sceau “communiste”.

Le MRAP fait partie de ces créations dont la finalité est de promouvoir l’expansion du communisme au travers de la décolonisation tout en assurant la promotion dénaturante des populations arrivant massivement d’outre mer et en accélérant la dégénérescence affaiblissante de la population européenne autochtone.

Quelques communistes ou apparentés soigneusement répartis parmi une trentaine d’idiots utiles orientent alors les actions aux mieux des intérêts du Parti.
Aujourd’hui tout semble perdurer à ceci près que le PCF bien que toujours fournisseur de moyens n’a plus de guide suprême à Moscou aussi son autorité dans les courroies de transmission pâlit-elle singulièrement. Le MRAP n’échappe pas à la règle: ses frénétiques composantes engagent des actions désordonnées qui déstabilisent même les magistrats qui leur étaient acquis et précipitent, vraisemblablement sans le vouloir, l’émergence d’évènement dont ils seront les premières victimes.


Posté le 11/01/2007 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton