Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture des pouvoirs :: Liberté? Connais pas!
From Raizonons


La guerre de l'ortie

Ecrit par Yann le 8/9/2006.

Lettre de Bernard Bertrand (co auteur de 'purin d'orties et Cie') écrite suite à l'intervention de la répression des fraudes chez un conférencier et producteur de purins végétaux et autres produits à base de plantes pour soigner des plantes.

j'ai reçu ça et en cherchant un peu, je suis tombé sur plein de confirmations... notament celle-ci ou on a un lien vers le texte de loi en question et le texte de loi officiel. Les débats à l'assemblée nationale sur cette loi.

Cette loi étonnante est passée complètement inaperçue et a seulement été dénoncée par Alain Baraton de France inter... encore une fois les
lobbys de la chimie s'en prennent à plus petits qu'eux avec l'aide des services de l'état et de nos élus... comme Bernard Bertrand (et la
personne en question dont le nom ne peux pas encore être divulgué) je vous demande de faire circuler ce message et d'alerter les responsables
politiques de votre secteur... merci pour nous tous

La nouvelle avait perturbé les ondes. Un chroniqueur horticole courageux s'insurgeait, sur France Inter, de la parution imminente d'un
décret (prenant effet en date du 01 juillet 2006), qui l'empêcherait dorénavant de donner à ses auditeurs des recettes leur permettant de
traiter naturellement leurs jardins et balcons. Interdit de dire que l'eau chaude est un bon désherbant pour les allées. Interdit de dire
que de simples feuilles de fougère éloignent les chenilles des choux.
Interdit de donner la recette séculaire d'un extrait d'ortie, appelé purin ! L'information paraissait si énorme que personne n'y a cru !
L'interdiction de fournir, par quelque moyen que ce soit, les recettes pour confectionner des produits naturels non-homologués, le simple fait
d'en parler, avait beau être assortie d'une peine 2 ans de prison et 75000 € d 'amende, elle faisait sourire !
Et pourtant l'action menée vendredi dernier conjointement par les services de l'Inspection Nationale des Enquêtes de Concurrence, de
Consommation et de Répression des Fraudes et le Service Régional de la Protection des Végétaux de l'Ain chez un promoteur de techniques agricoles alternatives marque un tournant nouveau dans ce que l'on ppelle désormais la guerre de l'ortie !
L'intervention des services de l'état s'est conclue par la saisie de cours théoriques (quid de la liberté d'_expression et d'enseignement ?),
la profération de menaces non dissimulées et l'interdictions de pratiques aussi diverses et incongrues que celles d'aller récolter avec
les stagiaires des plantes sauvages dans la nature !
Qu'on se le dise, il est donc bien désormais interdit de faire référence et de transmettre des savoirs et traditions populaires séculaires qui sont pourtant un inaliénable bien commun ! Voilà
pourquoi l'Association des Amis de l'ortie souhaite interpeller les pouvoirs publics et sollicite pour cela le soutien des médias concerné
par une telle confiscation de nos libertés fondamentales. Comment un décret pourrait-il amputer les citoyens d'un pays de leur mémoire
collective ? En vertu de quel principe un décret prive-t-il le citoyen de ses droits démocratiques les plus élémentaires, à savoir celui d'_expression, gravement menacé ici, mais aussi celui du choix de cultiver son jardin comme il l' entend ? C'est Voltaire qui doit se
retourner dans sa tombe ? Qui a pu initier une telle ineptie législative qui prétend c onfisquer le savoir des anciens et prône l'inquisition contre les techniques alternatives et naturelles de production, qui jusqu'à preuve du contraire ne sont que bénéfique pour la santé publique ? Voilà quelques-unes des interrogations soulevées
par l'intervention des pouvoirs publics jeudi dernier, qui a n'en pas douter sera la première d'une longue série, si une mobilisation rapide
ne vient pas mettre un frein à cette nouvelle vague répressive.
Bernard Bertrand, porte parole de l'association des Amis de l'ortie.
Contact : bernard@terran.fr ou 06 33 11 02 08
Dominique Jeannot, président de l'association des Amis de l'Ortie

****************

Kokopelli

Un jugement du tribunal d Alès du 14 mars 2006, a relaxé l association Kokopelli qui oeuvre pour le maintien et la promotion de la biodiversité cultivée et culturelle. Ses engagements lui avaient valu d' être traînée devant le tribunal pour « commerce de semences non inscrites ».

Le tribunal a débouté l Etat, du fait qu il ne respecte pas les lois... européennes comprises !!!

L association Kokopelli revendique et défend le droit des générations à naître de choisir leur alimentation, en libérant la semence. L Etat, le
GNIS, la FNPSP (deux structures corporatistes, liées à l agrobusiness) nient cette évidence. Se basant sur des lois d un autre siècle, de fait
passéistes, restrictives et castratrices, ces organismes ont fait appel de la sage décision du tribunal d instance, au mépris de tout respect
et de tout bon sens. Cette affaire sera appelée à l audience du 31 octobre 2006, cour d appel de Nîmes (Gard).

Cet appel n est pas dirigé contre Kokopelli : il est directement opposé à la souveraineté alimentaire de chacun d entre nous. Cette négation du droit a pour but de conforter quelques transnationales de l'agroalimentaire dans leur situation de monopole et de séquestration du
vivant.

L association n a pas vocation à devenir abonnée des prétoires. Le financement et les forces vives de Kokopelli doivent être consacrés à transmettre un bien génétique reproductible, plus riche que celui dont nous avons hérité : la semence est un patrimoine inaliénable de l'ensemble de l'humanité. Nous défendons génétiquement, techniquement, biologiquement ce patrimoine, réalisant de fait une mission de service
public qui devrait être assurée par l état.

Les accusations et diffamations portées contre nous tous, nous obligent à vous solliciter, pour nous soutenir pécuniairement. Ces procès
coûtent chers, tant en temps qu en espèces sonnantes et trébuchantes. C'est aussi une volonté de nos accusateurs : nous épuiser financièrement,
de façon à éradiquer toute contestation alternative, révélant la complicité Etat français-multinationales de l agrochimisemencière. Nous avons le courage, la volonté, le devoir, de contrbuer à faire émerger la vérité, de faire perdurer la vie, au-delà de toute adversité.

Monsieur Chirac a qualifié d état voyou, ceux qui fournissent des pavillons de complaisance aux pétroliers pollueurs de nos océans ; comment faut-il appeler un pays qui fournit des pavillons de complaisance pour polluer de façon irrémédiable nos semences en hypothéquant notre avenir et l accès à l autosuffisance alimentaire de
toute la planète ?


Posté le 18/01/2007 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton