Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture historique :: Guy Môquet
Réseau Jord - Interactif breton de renseignement et d’action - 4 Ty Coz 22610 Pleubian - Tel & Fax 02 96 16 58 45 - e mail reseau.jord@wanadoo.fr - site http://reseau.jord.free.fr - Le directeur Gérard Hirel - samedi 19 mai 2007. Mise au point historique
___________________________________________________________________________

“Qui était Guy Môquet selon la vulgate communiste:
 C'était un jeune lycéen parisien de 17 ans. Son père était député communiste du 17e arrondissement de Paris.
   Déchu de son mandat sous Vichy, il est déporté avec 26 autres députés communistes au bagne de Maison Carrée en Algérie. Son fils Guy est arrêté pour fait de résistance à 16 ans: il connaît d'abord la prison en région parisienne, à Fresnes et à la Santé, puis à Clairvaux et enfin en Bretagne, à Châteaubriant. Désigné comme otage par Pucheu, ministre du gouvernement de Pétain, il est fusillé le 22 Octobre à Châteaubriant.”

Tout cela est arrangé à la sauce marxiste:

“Guy Môquet était le fils du député communiste du XVIIe arrondissement de Paris Prosper Môquet. Le parti communiste ayant été dissous par Édouard Daladier en septembre 1939, Prosper Môquet est arrêté le 10 octobre 1939, déchu de son mandat de député en février 1940 et plus tard déporté en Algérie. ” (Wikipedia)

Les faits et les dates:
1) Signature le 23 août 1939 du Traité Germano-Soviétique
2) Du 1er septembre 1939 au 21 juin 1941 date à laquelle l’Allemagne attaqua préventivement l’URSS le parti communiste, interdit par le gouvernement de la III° République pour collusion avec l’ennemi, a soutenu l’action de la Werhmacht:
- renseignements à l’ennemi
- démoralisation des armées
- troubles aux arrières
- propagande antimilitariste
- fraternisation avec l’ennemi
- sabotages multiples de l’armement dont certains auteurs ont
été condamnés à mort par la III° République
Pendant ces 22 mois de collaboration active avec l’ennemi sur les 68 qu’a duré la guerre le Parti communiste n’a engagé aucune résistance contre l’Armée allemande.
C’est en tant que ressortissant communiste que le jeune Guy Môquet à été arrêté pour propagande le 13 octobre 1940 alors même qu’il ne sera question de “résistance contre l’Armée allemande” au sein du Parti Communiste que le 22 juin 1941.

3) Le 22 juin 1941 le PCF se lance dans la guerre pour défendre la patrie - L’URSS - et libérer le pays - La France - puis y prendre le pouvoir par les armes. Entre autres initiatives et pour accélérer la levée de partisans le parti décide de procéder à des attentats sanglants susceptibles de générer des répressions révoltantes et mobilisatrices.
2
Pierre Georges dit Colonel Fabien réalisa lui-même ce qui fut considéré comme le premier attentat meurtrier contre les troupes d'occupation en abattant un officier de la Kriegsmarine, l'aspirant Moser, le 21 août 1941, au métro Barbès-Rochechouart à Paris. Cet attentat et ceux qui suivirent entraînèrent les représailles escomptées de la part des Allemands.
Comptant sur les zones ouvrières de Loire Inférieure Le PCF y dépêche un commando de 3 hommes ayant pour mission d’y assassiner un officier supérieur allemand. Le Lieutenant Colonel Karl Hotz commandant de la garnison de Nantes fut donc abattu le 20 octobre 1941.
La Werhmacht imposa alors au gouvernement de l’Etat Français de lui fournir une liste de 50 otages devant être fusillés en représailles. Le ministre de l’Intérieur, Pierre Pucheu, informé dès le lendemain de l’attentat de l’appartenance politique des meurtriers, désigna en premier lieu 27 communistes internés à Châteaubriant. L’atroce complément puisé dans la population bretonne porta le nombre d’otages à 48. Ils furent fusillés.
Guy Môquet se trouvait incidemment parmi les 27 communistes incarcérés antérieurement et désignés comme otages. Interpellé à la date précitée - le 13 octobre 1940 - il n’avait pas pu participer en tant que communiste à des actions contre la Werhmacht, sa lettre ne fait d’ailleurs aucune référence à la France ni à la mythique Résistance .

Le massacre dit de Châteaubriant a été délibérément provoqué par le PCF qui porte l’entière responsabilité de la tragédie dont une des innocentes victimes a été Guy Môquet. Un des auteurs de l’attentat qui a coûté la vie au Lieutenant-Colonel Hotz et induit sciemment la répression, Gilbert Brustlein, à tout avoué devant caméra.

Il n’en reste évidemment pas moins que la lettre adressée par Guy Môquet à sa mère est un texte poignant compte tenu des circonstances et que les autorités allemandes ont manqué de discernement politique tant à l’égard du jeune Môquet qu’en perpétrant une sorte de dissuasion coutumière mais on ne peut plus anachronique. La décision finale ne faisait par ailleurs pas l’unanimité au sein de la Werhmacht puisque le général commandant les forces d’occupation en France était lui même hostile au recours à un tel procédé archaïque dont il avait perçu les effets pervers.
Nul ne songe dans cette affaire à la Bretagne qui a eu à déplorer la perte de 21 de ses enfants ainsi envoyés à la mort par le PCF en complément des 27 communistes .
Près d’un millier de Bretons seront par la suite sacrifiés dans des conditions analogues ou tout simplement assassinés sans aucune nécessité militaire par les partisans du parti des lendemains qui chantent de 1943 à 1946.

Nicolas Sarközy aurait-il été mal inspiré ou mal renseigné? Par le marxiste Max Gallo dit-on, doit-on s’en étonner? Et Ouest France aussi sans doute qui publie sur le sujet un ahurissant condensé de contre vérités dans son édition du 19 mai 2007.


Posté le 22/05/2007 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton