Réseau Jord
 

Impostures
Imposture historique
Imposture médiatique
Imposture sociale
Imposture altermondialiste...
Imposture anti raciste
Imposture associative
Imposture éducative
Imposture des pouvoirs...
Imposture démocratique


OBR
Données de l'OBR


L'indépendance
Vers l'indépendance
Déchirures nécessaires


Emañ ar Rouedad Jord oc'h arvestal!

Enebour Breizh, emañ ar Rouedad Jord o c'hedal da fals-varch kentañ...

 

Dernières infos postées
Imposture démocratique :: BIG Brother I et II
From NOVOPRESS
Libertés fondamentales : un fil toujours plus ténu

Saturday 2 August 2008 | Politique and Société | Email | Print
Libertés fondamentales : un fil toujours plus ténu

Décidemment, le gouvernement Sarkozy n’a pas fini d’épier nos moindres gestes. Ces dernières années, l’insécurité avait servi de prétexte à l’augmentation vertigineuse du budget de la police et des officines de surveillance du peuple français (DST, RG, etc.). Il s’agit bien d’un prétexte, puisque le gouvernement n’a aucunement résolu les problèmes d’insécurité. Par contre, tout ce qui touche au fichage et à la surveillance a été largement renforcé : des caméras de surveillance partout, davantage d’écoutes téléphoniques, de traçage – aussi bien des internautes que des passes Navigo – et toujours moins de libertés fondamentales pour le citoyen moyen.
Les petits caïds des cités peuvent continuer à prospérer ; tant qu’ils ne gênent aucun lobby, ils ne sont pas menacés. Au contraire, un français moyen peut toujours être surveillé, fiché, contrôlé, et plus encore si sa conduite ne satisfait pas certains lobbies. L’adoption de la loi DADVSI, facilitant la surveillance et la répression contre des téléchargements devenus illégaux, le montre bien. Un major se plaint d’une baisse de vente ? Les marges bénéficiaires sont tombées de dix milliards d’euros à neuf milliards cinquante ? Hop, on fait passer une loi pour ficher les téléchargeurs et les condamner à de lourdes peines. On aimerait voir une telle politique de «tolérance zéro» à l’encontre des vrais criminels…

Dans la droite ligne de DADVSI et consorts, un nouveau fichier policier répondant au doux nom d’EDVIGE sera bientôt mis en service. Voté par le parlement le 1er juillet (incroyable, ce que l’Assemblée peut faire passer discrètement en période de vacances !), il recensera toute personne « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif».
Une telle définition est si floue, si large et si ambigüe que n’importe qui peut être considéré comme y correspondant.


Peut-on définir un «rôle significatif» avec précision ? Non, et c’est justement cela qui créée le danger. Sous un air anodin, EDVIGE entérine l’arbitraire le plus absolu. A moins de vivre en ermite, toute personne peut correspondre à la définition donnée. Toute personne, si elle a le malheur de passer sous les yeux d’un policier ou d’un législateur, pourra être fichée selon son bon vouloir. La définition est suffisamment floue pour permettre n’importe quelle dérive. Dorénavant, le système n’aura même plus à se cacher pour fliquer. Tout le monde pourra être fiché et surveillé, tout le temps, dans la plus parfaite légalité.
Par ailleurs, et c’est une première, les personnes n’ayant commis aucun délit pourront elles aussi être fichées. Même si elles sont totalement innocentes, le simple fait d’être mal vu par l’œil de Big Brother conduira directement au fichage. C’est déjà le cas actuellement, mais ce n’est pas tout à fait légal. Avec EDVIGE, ce sera totalement entériné dans les tables de la loi.
Les dossiers contiendront l’état civil et la photographie, mais également d’autres informations, telles que les fréquentations, comportements, déplacements, vie sexuelle, opinions politiques, philosophiques, religieuses, appartenances syndicales et associatives… des personnes fichées. Officiellement, la police pourra accéder à EDVIGE dans le cadre d’enquêtes administratives pour l’accès à certains emplois. Aucun pardon pour les erreurs de jeunesse (sauf pour les «sauvageons», bien entendu ?), ni pour ceux qui s’aventurent au-delà de la pensée unique. Officieusement, nul doute que ce fichier servira aussi dans le cadre d’enquêtes criminelles, voire tout simplement à la surveillance permanente de Monsieur Tout-le-monde.
Les mineurs ne sont pas épargnés puisque, dès l’âge de 13 ans, ils pourront être également fichés. Même si, rappelons-le, ils n’ont commis aucune infraction ni aucun délit. Et puisque ce fichage sera soumis à l’arbitraire le plus total des pouvoirs publics, il donnera lieu à toutes sortes de dérives. Ainsi, il serait tout à fait possible qu’un homme de quarante ans soit privé d’un emploi administratif ou suspecté à tort dans une enquête criminelle, parce qu’il aurait fréquenté certaines formations politiques dans sa jeunesse… Ou encore qu’un «jeune» ayant volé des milliers de sacs à main soit fiché, mais jamais condamné ni même gêné par la suite.

Ne nous faisons pas d’illusions : nous sommes déjà surveillés, fichés, tracés jusqu’à la lie. Mais avec EDVIGE, Big Brother sera totalement légalisé et verra ses pouvoirs encore étendus.(.....)




Geoffroy So


Posté le 03/08/2008 par le réseau Jord


Réseau Jord
Le Réseau Jord
Coordonnées du réseau
Formulaire de contact
Newsletter du réseau Jord
Mise à l'index
Définition et Effets
La mise à l'index
Base de donnée publique

Réseau Jord

Réseau Jord © 2008 - Site développé pour le réseau breton